L'intelligence de la maladie
04-Arbredepalerme204ArbredePalerme

LA MALADIE N’EST PAS MAUVAISE

Depuis une trentaine d’années les découvertes du Dr Hamer sur l’origine des maladies corroborent une vision du monde où il n’y a pas le bien et le mal, les gentils et les méchants, où en réalité rien de « mauvais » ne nous menace ! 

Croire que ce sont des agressions extérieures (les virus , une substance chimique, un refroidissement, du pollen..) qui nous rendent malades nous laisse victimes et impuissants, à la merci d’une crainte infinie : même si nous croyons à l’efficacité de notre médecine, capable de remplacer un organe défaillant, nous restons dans la peur de la maladie suivante ! Nous multiplions les contrôles et sommes prêts à nous laisser mutiler préventivement comme Angelina Joly qui a accepté une mastectomie « préventive »… la plus belle et puissante femme du monde !

En réalité les symptômes de nos organes sont la manifestation d’une situation conflictuelle intérieure, dangereuse pour notre survie. Si nous n’avions pas cette possibilité de tomber malades, l’humanité n’aurait pas pu survivre. Car un stress intense ôte le sommeil et la faim, en quelques jours nous serions des moribonds. Alors que en canalisant ce  stress dans un organe ou une fonction en relation avec la situation, le reste du corps peut continuer à vivre et à trouver une solution au conflit. Les maladies sont une opportunité pour notre survie !
 
L’exemple d’une maman qui voit son enfant accidenté entre la vie et la mort : le cancer de la glande mammaire qui peut se déclencher a pour but de produire un lait plus nourrissant que le lait d’un sein normal et de lui permettre de survivre le temps du rétablissement de l’enfant. Le corps saura alors éliminer ce cancer devenu inutile par des bactéries qui sont en réalité des éboueurs ou par l’enkystement.

Je ne peux parler ici de cela que de façon sommaire mais il existe toute une littérature scientifique et compétente sur le sujet(1) à laquelle je renvois votre curiosité.

Si vous acceptez l’idée d’une maladie « intelligente et utile » pour notre survie cela peut changer la qualité de votre vie et contribuer à une nouvelle compréhension du monde plus responsable et joyeuse. Si Angelina Joly avait pu lire ces quelques lignes elle aurait gardé ses seins ! C’est vrai que si sa mère et sa grand-mère sont mortes d’un cancer du sein elle était probablement « prédisposée » envers cette maladie mais non pas à cause d’un organe « défaillant ». Si sa grand-mère a vécu un grave stress avec des enfants (comme un décès, un avortement ou une fausse couche, un abandon ? ou toute sorte de deuils impossibles..), sa mère avait reçu l’information et elle aussi pour que son sein soit averti et en garde, prêt à proposer une solution de survie.

 Dans une famille marquée par des querelles graves autour du puits de la ferme , ce sont les pathologies de la vessie qui seraient prêtes à se manifester car l’urine marque les limites du territoire et en cas de danger la vessie peut se creuser pour contenir plus d’urine pour mieux marquer un territoire menacé. Les cystites sont nécessaires en phase de réparation lorsque des bactéries « réparent » les ulcérations.
 
Ou un autre exemple :

Elisabeth a des problèmes de vue : une opacification de la rétine. Que s'est-il passé au niveau de sa famille ?

En 1947 à 17 ans, sa mère, qui vivait chez ses parents et n'était pas mariée, découvre qu'elle est enceinte : elle va vivre les premiers mois de la grossesse avec des bandelettes autour du ventre pour que l'on ne « voit » pas cette réalité honteuse pour la famille. Après quelques mois elle retrouva son partenaire et tout rentra dans l'ordre par un mariage.

S'il y a la peur d'être vu le corps sollicite l'organe de la vue, il ne peut pas agir sur les yeux des autres : donc pour cette femme « ne pas voir » est la réponse appropriée à la peur d'être vue. Et cette empreinte va marquer aussi les descendants s'il n'y a pas d'apaisement et de lâcher. 

04Renaudetsonchien

Faites-vous cette nouvelle culture avant d’être malade, pour vous réjouir lorsqu’un symptôme va pouvoir vous offrir le fil rouge du labyrinthe de votre passé et vous rendre ainsi plus conscients, plus entiers, plus libres de vos propres choix de vie.

Parce que le temps est illusoire et dans le « multivers » auquel notre univers appartient nous ne sommes pas séparés de ce qui nous a précédés.

Et si nous sommes les créateurs de nos maladies alors nous pouvons les guérir !

Mais comment ?

Les hôpitaux sont pleins de gens qui veulent guérir. Tant que je veux cesser d’être malade ça ne marche pas..c’est en accueillant le sens profond de mes symptômes que je vais apaiser ce qui demandait à être vu et intégré. 

Dans les Constellations Familiales on apprend à ouvrir nos cœurs envers la grand-mère qui n’avait pas pu faire un deuil, ou le grand-père qui avait lutté toute sa vie pour le terrain qui nourrissait la famille.
Bert Hellinger dit cela très simplement : derrière chaque souffrance, chaque difficulté, chaque maladie, il manque quelqu’un à intégrer. 

(1)   Dr Hamer : Médecine Nouvelle Germanique.

 Faites-vous votre opinion en sachant que lorsque Galilée avait fait ses découvertes tout l’establishment de la pensée officielle a cherché à le détruire. Il a survécu parce qu’il a accepté de négocier avec le Vatican.

Le Dr Hamer (peut-être parce qu’il est bien germanique et pas italien ?!) résiste et après avoir été déchu de son titre de médecin pour non assistance à personne en danger (parce qu’il critique l’efficacité des chimios), puis pour exercice illégal de la médecine (parce qu’il a continué à pratiquer) il réside en Norvège. On lui interdit de diffuser ses découvertes et on l’accuse de nombreux décès.

Il est évident que, au lieu de vérifier le bien fondé de ses découvertes qui s’appuient sur la lecture des conflits dans les traces visibles sur des scanners cérébraux, notre société actuelle  n’a pas eu l’ouverture nécessaire à de nouvelles approches.

Les lobby pharmaceutiques conditionnent toute la pensée médicale et les enjeux économiques sont immenses et n’oublions pas non plus ce que disait Voltaire : « Nous préférons tous croire des mensonges entendus mille fois, plutôt qu’une vérité nouvelle » ! 

Je me sens l’héritière de ces découvertes parce qu’elles nous ouvrent à une nouvelle philosophie corroborée par la Physique Quantique : un monde où rien ne nous menace parce que tout, depuis la moindre cellule ou atome obéit à une synérgie qui maintient la Vie en vie ! « Où est un amour plus grand que cela même qui nous compose, à chaque instant ? » dit Bert Hellinger.

Lorsque nous nous ouvrons à ce regard nous pouvons lâcher les stratégies de survie qui nous épuisent et nous abandonner avec confiance au pas que nous avons à accomplir : agréable ou désagréable, au service de la même croissance et conscience. 

Pour d’autres ouvrages, nombreux aujourd’hui, voir sur ce site à Bibliographie.